Ode à l’humanité

 

Je dédie ce texte à tous ceux qui pensent que je ne pense jamais à eux, aux gens que je n’aime pas, à ceux que vous n’aimez pas, à ceux que je ne connais pas, au commun des mortels, et à toi qui me lit. Je te dis merci et sois courageux, ça va bien aller.

Je contemple toutes les personnes qui m’entourent, que je connais, croise, voit, fréquente depuis toujours sans vraiment tout connaître de leur vie.

Et petit à petit, au détour d’une conversation, j’en apprends plus sur les contours d’un drame qui les a brisé, ou d’une expérience qui les a fait grandir.

Derrière tous les sourires ravagés, les yeux rieurs, les regards aguicheurs, les airs hautains, les mines boudeuses, les caractères tapageurs, les visages innocents, les regards fuyants, les paroles maladroites, se trouve une histoire, un bobard, une blessure et surtout une coupure et une personne courageuse qui s’est relevée et qui marche malgré tout vers sa destinée.

Coupe, coupe, coupe,

Ce n’est que pour mieux recoller.

Affaisse-toi, ce n’est que pour mieux te redresser.

Oumelrit


Older Post


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published