Chapitre II- Lystheria

communication animale

 

Devant l’ordinateur, le regard perdu, je fermais les yeux, perplexe face à la charge de travail qui m’attendait pendant le confinement.

C'est à cet instant que je crus apercevoir un jaguar. Décontenancée, j'ouvris les yeux pour reprendre mes esprits.

En les fermant de nouveau, je fus transportée dans son habitat naturel où il faisait un peu humide. 

« Comment t’appelles-tu me surpris-je à lui demander, avec un mélange de curiosité et d’appréhension.

- Lystheria, répondit-il paisiblement. ».

Lystheria, un mâle massif au pelage brillant et tacheté m’invita à courir. Les yeux noyés de larmes, je décidais d’abord de l’ignorer.

C’était sous-estimer la persistance du félin. Sa présence était ferme. Il souhaitait me voir l’accompagner.

La balade avait pour objectif de profiter de l’instant présent. Il voulait que je m’imprègne de la beauté de la jungle.

Fier de me faire découvrir son habitat naturel, il courait rapidement et se retournait, soucieux d’évaluer ma progression. 

J’hésitais encore, préoccupée par ma dysphorie. Je décidais alors, un peu de nulle part, de fusionner avec le félin.

Je sentis alors la force de ses mouvements, la vitesse de la course, ses grosses pattes tomber lourdement sur le sol. Je ressentais vaguement son haleine, en raison de ma concentration dissipée. 

Nous arrivâmes dans une clairière où je voulus reprendre mon apparence humaine. Mon choix s’arrêta sur un caftan en velours noir jamais porté.

Une femelle et un petit était tranquillement assis au sol de la clairière.

 La femelle nous suivit du regard tandis que le félin me fit une visite guidée de sa tanière.

Il m'indiqua le ruisseau qui lui servait d'abreuvoir ainsi que le lieu où il chassait.

Il avait quelques provisions de viandes. Des carcasses gisaient au sol. Une odeur d’humidité se dégageait de la terre. Lystheria habitait l’Amérique du Sud, au sein d’une réserve naturelle dans la jungle.

Le félin m’assura qu’il était inutile de s’inquiéter. Selon lui, il suffisait de peu pour être heureux. Il affirmait que ma famille était splendide, et qu'un jour j’aurais une petite famille comme la sienne.

Allongés dans la clairière sur le feuillage dense, à proximité de Lystheria, je basculais sur le ventre pour le regarder dans les yeux.

J'approchais ma tête de sa gueule, puis je me blottis contre sa fourrure. Je pouvais sentir son haleine. Je le serrais fort contre moi comme pour profiter pleinement de sa présence.

Je relâchais mon étreinte tandis qu’il se redressait lentement, docile. Je le remerciais de m’avoir présenté sa famille bien que nous n’ayons pas échangé puis je me décidais à partir. 

Lystheria inspirait la majestuosité. Il était fier, présent, humble.

« Tu as ce problème de ne pas pouvoir couper le lien, me dit-il. »

Il ajouta que choisir de porter son attention sur le moment présent ne signifiait pas notre absence de connexion.

Il me laissa entendre qu’il fallait savoir mettre un terme à certaines situations le moment venu. Lystheria m’accompagna en trottant sur le chemin où nous nous étions originellement trouvés. 

Lystheria souhaitait véhiculer un message de force, de courage, de foi, de cohésion familiale et de reproduction de l’espèce. Il enjoignait au contact avec la nature. Il encourageait à vivre dans le moment présent. 

Plus tard, je cherchais avec l'aide d'un ami la signification étymologique du nom Lystheria. Les thériens, de la classe Theria est une sous-classe de mammifères, du grec Antique « Thêrion » signifiant animal sauvage.

Le Lys revêtait quant à lui plusieurs symboliques. Parmi les plus notables, la symbolique française de la royauté. Les Mayas considéraient le jaguar comme le roi de la jungle.  

                                                          ---

 

Le jaguar est une espèce en voie de disparition en Amérique du Sud. La déforestation de l’Amazonie entraînera à terme la disparition du roi de la jungle Américaine. 

Peu familière aves les animaux de la jungle, je ne connaissais rien de la situation des jaguars avant cet épisode. A vrai dire, je ne pouvais pas même prétendre faire la distinction entre un jaguar et un léopard. 

Force était de constater que ce jaguar, faisant face à de grands défis environnementaux, mettant en cause mon espèce, avait pris le temps de communiquer de façon si bienveillante avec moi. 

C’était là une grande preuve de sagesse. Je reçu cette communication en octobre 2020, soit quelques mois après ma première formation en communication animale. 

J’avais commencé la lecture d’un livre[1] magique, à la suggestion de notre formatrice en communication animale. Cette lecture me permit de mieux comprendre la position du règne animal. 

 

 

[1] « Enseignement d’une conscience animale » d'Anthéor.


Older Post Newer Post


Leave a comment