Le Zahir de Paulo Coelho

 

Cet ouvrage de Coelho a un coté onirique. 
C’est la quête de l’amour perdu qui se transforme finalement en quête de soit.  
Le cheminement de cet homme, que sa femme quitte sans explication, va le diriger vers les profondeurs de son être et à la découverte de trésors cachés. 

Certains passages sont éblouissants de pertinence. 
Sur les chemins de Compostel, en passant par Madrid, le narrateur atterrit finalement dans les steppes arides du Kazhakstan.

Le Zahir, comme nous l’explique Coelho en se fondant sur une nouvelle du poète argentin Borges  est « une personne ou un objet ayant le pouvoir de susciter une obsession chez tous ceux qui le voit ; la personne touchée perçoit de moins en moins la réalité et de plus en plus ce Zahir, d'abord seulement au cours du sommeil, puis à tout moment »

Donc ce Zahir, c’est l’autre. Ici, la femme représentant l’amour perdu, qui va le renvoyer à l’amour qu’il a en lui. 

Genre : roman initiatique – amour 

 


Older Post Newer Post


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published